mercredi 13 octobre 2010

édition originale


Gonzague Vanderminimalismovitchk, artiste peintre, s'apprête à discuter, d'un tableau qu'il va bientôt terminer, avec son commanditaire, le non sans moins fameux, Duché Emmanuel de Geshairchmémaut.

- gnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn et voilà! C'est fini!
- Je peux...?
- Bien sûr. C'est vous qui payez après tout.
- ...
- Alors?
- ...
- C'est beau, non? On en reste sans voix, je comprends.
- eh bien je...
- Allez-y, j'accepte toutes les éloges.
- J'imaginais ça avec un peu plus de... et une pointe de...
- Cela ne reste qu'un détail.
- Oui c'est... Mais vous voyez, quand on parlait de heu... je ressentais plus...heu... comme une... juste après un... et en fait non je... pas trop tout compte... Non.
- Je ne copie pas monsieur, j'interprète.
- Ah ça c'est...! Vous êtes très...comment, pour sûr, je... non! Pas du tout.
- ...
- Ne soyez pas... non, faut pas.
- bah si, un peu quand même. J'y ai passé beaucoup de temps sur votre truc.
- Allons! Je ne vous... C'est pas un.. c'est... voilà, je... qu'on appelle ça... ça.
- Bon alors, j'en fais quoi?
- Vous pourriez peut-être faire des... plus dans des couleurs... un ton plus heu... qu'on sente que ça...Parce que là quand je regarde le... je reconnais pas ma... ça manque de... qu'on voit plus... heu... bon je sais pas moi, c'est vous le...vous... comment.... ce que vous faîtes.
- J'espère bien. Bon, à l'évidence, il manque sûrement un peu de...
- De quoi?
- Je vous montre! Il suffirait d'apposer juste une pointe de...comme ça voilà... pour relever.
- Je comprends pas ce que vous... faudrait être un peu plus... là hein. Non? Vous êtes un professionnel oui ou... alors.
- Regardez. Suivez mon pinceau. Là, un soupçon dans les tons...hop et par ici, avec le...voilà... on redessine... ainsi... pour mieux l'identifier du... hop là.
- ...
- Un problème? Je vous vois faire les yeux ronds.
- Moi non, mais vous... J'ai l'impression que vous manquez de... dans votre..., un peu. Le vocabulaire ça vous... non? ça vous dit rien? Chez vous, c'est...oulah! Y a un manque ça c'est... ouais. Alors, vous allez me... bon votre... vous c'est manuel. Genre, pas trop besoin de... avec les gens. Vous communiquez plus avec... et vos... Mais quand bien même! Il y a des... à pas franchir. Et puis non. C'est pas du tout ce que je... le tableau là, ça... non non.
- Bon eh bien vous savez quoi monsieur, vous allez finir le portrait de votre chien tout seul!
- Oh! Je vous ai... pour faire le... donc vous allez... quoi qu'il... le terminer! Sinon je...!
- Mais, j'en ai pas besoin de votre argent là! J'ai pas besoin de vous pour faire bouillir la marmite! Je peux trouver d'autres gens qui eux, comprendront et apprécieront mon travail!
- Quel...! j'en... là... c'est... vraiment...
- Donc gardez votre argent! Avec, vous pourrez sûrement vous racheter un dictionnaire, parce que le vôtre, non seulement l'édition doit être ancienne, mais en plus, il doit être bouffé par les mites!
- Vous... pfff. quand...je... c'est... allons...

Sur ces derniers mots, Gonzague Vanderminimalismovitchk quitte, fâché, le Duché qui réfléchit à la réprimande qui vient de le pourfendre spirituellement. Emmanuel de Geshairchmémaut est prêt à enrichir son vocabulaire et mettre en doute son comportement, hérité d'une longue lignée d'aristocrates qui se sont transmis, de génération en génération, un dictionnaire fatigué, mais riche en anecdotes, qui guide les pas de celui qui le possède et puis, finalement, il se dit que bon... c'est pas parce qu'il...que ça va faire que...ils le comprendront mieux.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire