mercredi 11 août 2010

un full, à poil et au lit


C'est après avoir tâté le terrain avec Patrick B. à Las Vegas que Gengis Khan s'est mis au poker, ce jeu riche en basculements de tables et coups de pistolet qui fit plus de morts que sur le terrain durant la guerre de sécession.
Au début Gengis est mauvais. Donc il triche et c'est les fesses pleines de plomb qu'il prend conscience du sérieux de ce jeu.
Il apprend mais est trop hâtif. L'appât du gain l'obnubile, les partis à 15 euros l'ennuient, lui ce qu'il veut c'est parier des empires. Il s'inscrit donc au WSOP et participe surtout au Main Event, partie de Texas Hold'Em à Las Vegas. Etant toujours très nul, il fait jouer son statut d'empereur pour accéder à la finale et rencontre Islington Chan.
Nous sommes en 1988, l'ambiance est pesante dans la salle, Gengis Khan fait face à Islington Chan et la dernière carte s'apprête à être déposé sur la table qui compte pour l'instant un 7 de carreau, un 8 de cœur, un 9 et un valet de pique, l'empire intégral de Gengis et les 700 000 dollars de Islington.
La sueur perle sur le front de chaque joueur. Gengis a dans sa main un 7 de cœur et une dame de trèfle. La dernière carte est tirée puis déposée dans un ralenti très bien composé pour révéler un 9 de cœur. Gengis sue abondamment tandis qu'Islington aplatit ses cartes : un 9 de trèfle et un valet de trèfle ! Gengis a tout perdu, il est en rage.
Il tentera de faire tuer Islington mais le service de sécurité de Las Vegas sera plus rapide et le mettra dehors à grand renfort de coup de bottillons. N'ayant plus un sou en poche pour prendre un taxi, il rentrera chez lui à pieds comme un malheureux.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire