samedi 14 août 2010

premier avertissement


Monsieur Lemoine,


Suite à notre entrevue privée durant laquelle nous avons, d'homme à homme, devisé et échangé sur divers sujets tels que le prix du saucisson au super sans plomb sur les échoppes du chatoyant marché d'Addis-Abeba, l'implication des usines de babouins en région moscovite dans la chute du mur de ma salle de bain, la grêle et ses enjeux économiques, l'utilité des feux d'artifices en chambre et le phénomène de société des escaliers sans marches, je vous écris pour vous confirmer comme convenu mon profond désarroi mais aussi pour vous apporter une bien mauvaise nouvelle.

En premier lieu, ayant eu plusieurs nuits de réflexions, je trouve la remarque de mademoiselle la duchesse de Grimbert tout à fait justifiée. La pauvre a été terriblement choquée par votre attitude lorsqu'elle vous a montré, non sans fierté, son resplendissant chien de race Parson russel terrier à patins à roulettes tirant une caravane de Marines en permission. Vous auriez pu, en effet, vous retenir de faire remarquer que ce chien n'avait qu'une testicule tout en sachant, si vous aviez suivi sa conférence de trois heures, ayant pris place plus tôt dans l'après-midi, que l'on dit un testicule. Elle l'a souligné à plusieurs reprises !

En second lieu, hier, au plus fort de son courroux, la duchesse a souhaité vous punir par devers elle en allant communier avec le seigneur afin qu'il vous inflige sa toute dernière sentence. Elle a donc grimpé sur le toit de ma demeure afin de se rapprocher du tout puissant et aussi pour qu'il l'entende mieux. Mais c'était sans compter sur un orage des plus fameux qui la foudroya avant qu'elle n'ait pu dire "saperlipopette de bon sang de bois, a-t-on pas idée de faire des toits aussi hauts". Puis son corps sans vie tomba comme un sac de patates dans le jardin, rebondit sur le toit de la caravane pour s'effondrer sur le vicomte de Mazeltof qui allait de ce pas si pressé la demander en mariage et qui mourut sur le coup. Une bien triste nouvelle donc qui m'oblige à prendre une disposition.
Mais avant tout, je souhaiterais vous rassurer quant à votre avenir au sein du club qui est et reste on ne peut plus prometteur. Quant à cette affaire avec la duchesse, évidemment le sujet est clos par la force des choses.
Quant à cette disposition, la DGCCRRFF nous est tombée dessus et il est maintenant obligatoire de porter un chapeau melon pour éviter de se retrouver dans la position fort peu confortable du malheureux vicomte et éviter aussi tout foudroiement intempestif.
J'espère que ceci ne vous mettra pas dans une colère noire. Je me suis laissé dire que vous aviez, de part votre naturelle aisance, une tête à chapeau.
Sachez par contre que si vous désiriez enfreindre cette nouvelle procédure, je me verrai dans l'obligation de vous faire embrasser la duchesse avant que l'on ne referme son cercueil.

Veuillez recevoir, Monsieur, mes plus sincères exaltations de bonheur,


Le non sans moins fameux Prince de Paratonnerre.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire