mercredi 4 août 2010

6300 paires aux dernières nouvelles


Ce gant, si anodin soit-il, a appartenu à la reine du Royaume-Uni, de l'Irlande du Nord et du protocole. D'aucun saura que cette grande dame de la transition est une férue des gants - et non des chapeaux comme certains soit-disant fidèles le dispensent à qui veut bien l'entendre. En effet, de chapeau, elle ne s'en sert que pour botter en touche les rayons du soleil qui voudraient molester son teint si fragile. La forme, la couleur elle s'en fout. Son truc c'est les gants.
De gants donc, elle en est fada. Cette passion obsédante lui est venue sur le tard, le 6 Février 1982 soit 30 ans, seconde pour seconde après son accession au trône. Le 6 de ce mois-ci, il faisait un temps superbe dans les Blood Falls d'antarctique où Elisabeth effectuait un stage en criminologie. Elle assistait au relevé d'indices de sa première scène de crime et un gentil monsieur dans un blouson léger lui proposa d'enfiler une paire de gants en latex. Lorsque sa main pénétra dans la matière élastique, Elisabeth senti un frisson lui parcourir l'échine et les zones les plus insondables de sa charmante personne puis l'emmener dans un trip fusionnel avec l'intimité du grand tout.
Ses maîtres de stage la rappelèrent à l'ordre. Elle vint donc, par courtoisie, toucher les viscères encore fumantes de la victime. Mais son esprit était ailleurs, transporté par la sensualité dégagée de ses mains habillées. Une petite claque sur le haut du crâne la ramena brutalement à la réalité et l'odeur nauséabonde du cadavre en putréfaction lui prit le nez. Juste avant de vomir, elle eut ce réflexe qui fait encore cas d'étude aujourd'hui, celui de retirer son gant de latex maculé et de le poser délicatement sur une bite de trottoir.
Le temps a fait son œuvre, le sang a disparu depuis mais le gant est toujours visible dans les vallées de McMurdo, de 9h à 12h et de 15h à 18h. Attention aux horaires d'été, pour cela n'hésitez pas à contacter l'office du tourisme à l'adresse que vous connaissez bien.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire