vendredi 12 novembre 2010

the initials


Johnesy roulait dans le cœur de Mirmande au volant d'une MG Midget Roadster de 1963, à la capoté repliée et aux vitres abaissées, dissimulées au sein des portières. À ses côtés, une belle brune, aux interminables jambes de cuir et aux bijoux d'or et d'argent, soupirait d'admiration, à l'écoute de ses exploits. Pour la ferrer, il lui avait raconté qu'il était directeur de casting de tornades pour les studios de la Emegéhaime. Et sans demander son reste, elle avait quitté le pub en sa compagnie.
La voiture roulait à vive allure. Pour réchauffer la demoiselle, Johnesy lui passa son trenchcoat auquel elle devait prendre grand soin. Pour faire le paon et montrer qu'il connaissait son métier, il lui toucha deux mots au sujet de l'effet papillon mais elle ne pipa aucune parole. Johnesy préféra un instant se concentrer sur la conduite de son engin, histoire d'oublier que sa voisine n'était pas fute-fute.
Par une étrange coïncidence, l'utilisation d'un aspirateur à pleine puissante, branché sur la prise du salon, aux alentours précis de 23h42 avait le même impact que l'effet papillon. Mais cela, Madame Kassbürhn ne le savait pas quand elle décida d'aspirer le tapis du salon à 23h42 pour faire suer son mari qui l'avait vilipendé quelques heures auparavant, pour avoir concocter une soupe tout simplement dégueulasse.
Sur la route de Mirmande, le vent se leva brusquement, faisant faire une embardée à la MG. Johnesy regarda dans le ciel et continua sa route en opposant une résistance plus grande sur le volant, pour ne pas se retrouver dans le fossé.
Le vent devint de plus en plus virulent. La brune s'emmitoufla dans le trenchcoat. Au loin, Johnesy aperçut ce qui ressemblait à un vortex de vents violents. Certes, il n'était pas directeur de casting de tornades, mais comme tout le monde, il en avait vu dans des téléfilms américains. La tornade s'intensifia et soudain, un bruit sourd et violent déchira le ciel. La brune se cramponna au cou de Johnesy qui l'éjecta dans son siège passager. La tornade, ayant franchit le mur du son, fonçait sur eux à une vitesse de 1224 km/h. La voiture devint de plus en plus incontrôlable. Johnesy tenta de faire demi-tour, écrasant la pédale d'accélération, mais le véhicule fut aspiré par le tourbillon de force F8 selon l'échelle de Tetsuya Théodore Fujita, université de Chicago, 5801 South Ellis Ave., Chicago, IL 60637.
Johnesy et la belle brune s'accrochèrent tant bien que mal aux solides portières de la MG. Johnesy lui dit de ne pas s'inquiéter mais la brune ne sembla plus trop terrorisée. En effet, les yeux plissés, elle regardait la tornade, de l'intérieur, et semblait réfléchir. Soudain, alors que le toit d'une maison frôlait la carrosserie de la MG, la brune demanda à Johnesy pourquoi il n'auditionnait pas la tornade. Il la regarda, étonné, puis bafouilla un truc comme quoi bon c'était pas le moment, tu vois bien qu'elle est occupée. Mais la brune ne lâcha rien et continua à le bassiner en lui disant que c'était une grande opportunité, qu'elle l'avait déjà vue quelque part, elle savait plus où, ah mais si, à la télé, dans un film sur les tornades, enfin elle croyait que c'était elle, pas trop sûre, mais ça valait le coup de demander, non? Johnesy remonta ses épaules dans un signe d'indécision et commença à avoir les abeilles, soulé par cette pot de colle furibonde.
Il lui proposa alors de la déposer quelque part. Elle s'en étonna car ce n'était pas comme cela qu'elle avait envisagée la suite de la soirée. Avant qu'elle puisse encore argumenter, il lui dit encore de bien prendre soin de son manteau car il viendrait le récupérer. Et sur ce, dans un effort à faire clacher les sphincters, il dégrafa la ceinture de la brune, ouvrit la porte et la congédia au cœur de la tornade. Il ne la quitta pas des yeux, pour savoir où elle allait atterrir. Il la perdit de vue un court instant, mais une ouverture se pratiqua dans la tornade, et il put voir la brune tomber à côté d'une plaque à initiales.
Johnesy, enfin seul, put profiter tranquillement de la tornade. Il fut balloté dans tous les sens, admirant ainsi les particules s'entrechoquer, les cabinets de dentistes embrasser des usines de raviolis.
Plus tard, sa voiture fut miraculeusement déposée sur un arbre centenaire en équilibre, planté dans un building roulant sur des boules de bowling, la tornade continuant son chemin. Bon, il était temps que cela s'arrête pour Johnesy car, ce voyage devenait un peu lassant et lui filait une nausée incroyable.
Il épousseta sa chemise, sortit de sa voiture pour se diriger à l'intérieur du building en passant par une fenêtre brisée, et prit l'ascenseur. Une fois dehors, les pieds bien plantés sur le sol ferme d'un bitume éclaté, il activa un bippeur qu'il sortit de sa poche. Sur l'écran de l'appareil, un signal lumineux clignotait, indiquant une position. Johnesy remonta la trace de la tornade. Au bout de quelques kilomètres, le signal lumineux de son bippeur clignota avec plus d'intensité. Johnesy fit encore une poignée de pas puis le signal devint continu. Il aperçut alors la plaquequi se révéla être gravée aux initiales B.B. Il regarda alors au sol, et retrouva enfin son manteau, baignant dans le sang, et entouré de cuir noir, d'or et d'argent. Il se baissa pour le ramasser, l'épongea, puis l'enfila afin de rentrer chez lui, couvert, sous un ciel menaçant.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire