lundi 17 janvier 2011

la rançon du success


générique début.

Ce mois-ci nous recevons dans notre émission un inventeur farfelu, fascinant et tout à fait délicieux, qui a beaucoup œuvré pour que les personnes âgées puissent encore, après une dégradation de leur vision, lire des grands romans d'amour et d'aventure, sans tenir le volume à bout de bras, ou la tête dans la reliure. Il revient aujourd'hui avec une toute nouvelle invention qui ravira nos seniors gastronomes. Je veux bien sûr parler de Giroflet Corsoisantedouze. Venez nous rejoindre Girolfet!

clapclapclapclapclapclapclapclapclapclapclap... clap...clap...clap.

- Après avoir inventé les livres à gros caractères, qui ont eu le succès qu'on leur connait, je crois que vous avez fait une forte dépression?
- Oui, c'est vrai, avec ma mamie comme cobaye, je bossais sur le concept depuis une quinzaine d'années, jour et nuit, comme un damné. J'ai tout essayé. Les bouquins format building, les pages rétro-projetées, lectures dans la stratosphère, la pauvre ma mamie je l'ai épuisée, mais elle en redemandait. Et puis un jour, je la vois utiliser une loupe en lisant Gulliver. Et là le déclic. Je lui ai arraché le livre des mains, je me suis enfermé dans mon laboratoire et le lendemain, elle lisait sans sa loupe. Puis la célébrité. Tout a basculé en une journée. Le fric facile, la dope, les putes, les macs, les punks, ma mamie a vu passer tout ce beau monde dans son salon qu'on avait transformé en boîte de nuit, le Lavaboys. Triste passé. Mais j'ai retrouvé la foi.

- Maintenant que l'on voit votre nouvelle création, on se dit que c'est une suite logique. Mais cela n'a pas du être facile. Par quel stratagème en êtes-vous venu aux boîtes de conserves?
- Bah c'est toujours ma mamie, qui m'a sortie de la spirale infernale du Lavaboys. Après ma désintox, je me suis remis à l'observer comme une bête blessée, et c'est là que je me suis aperçu qu'elle avait du mal à lire l'étiquette du ketchupe, parce que ça a commencé avec le ketchupe, mais Heinzzz n'a pas mordu au concept alors pour étendre le champ des possibles, j'ai confronté ma mamie avec une boîte de conserve. Et l'histoire s'est répétée puisqu'elle usait du même schéma comportemental qu'avec les livres.

- Désormais, en magasin nous pouvons donc trouver des boîtes de conserves où tout est écrit en gros. Mais pourquoi avoir opté pour un format de contenant plus grand?
- J'ai fait plusieurs tests pour en arriver à la conclusion que la boîte de taille standard était trop petite pour contenir la somme d'information en gros caractères. Quand j'ai présenté le projet à Los Angeles devant les usiniers, je leur ai demandé de réduire la masse d'information, que ma mamie ne lisait même pas, mais beaucoup de contraintes sanitaires et environnementales entrent en compte. Et finalement, quand ils ont proposé d'agrandir la taille des conserves pour y adapter mon concept qu'ils adoraient, j'ai dit banco.

- Mais ne pensez-vous pas qu'il y a quelque chose de contradictoire? Car certes, vous rendez les conserves plus lisibles mais vous en augmentez la masse. Or les seniors ont du mal à déplacer les objets lourds. Cela nécessite donc l'aide d'une personne tiers, et donc un coût supplémentaire.
- Dans chaque conserve, il y a un bon de réduction pour un stage de culturisme d'un mois.

- Ah ça! C'est pas con! Malheureusement l'émission touche à sa fin, merci d'avoir accepté notre invitation. Qu'allez-vous faire maintenant ?
- Vérifier que ma mamie s'est pas échappée, je crois que j'ai mal fermé le verrou de sa chambre avant de partir. Sans elle, je suis une m...

générique de fin.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire